Tous égaux devant les applications d'aide à la mobilité ?

Les applications d'aide à la mobilité sont devenues incontournables à l'image de Waze, Google Maps, Citymapper ou encore Moovit. D’après les résultats de l’Observatoire des mobilités émergentes, 64 % des français interrogés consultent l’état du trafic avant d’entreprendre un déplacement et 58% déclarent utiliser ces services et applications au cours des trajets qu’ils réalisent. Ces technologies numériques sont plébiscitées car elles permettent de réduire les incertitudes relatives au trajet et aux conditions de transport et offrent ainsi une meilleure maîtrise de sa mobilité à l’usager. A l’usager valide, conviendrait-il de préciser...

En effet, la plupart de ces applications ne sont pour l'heure pas adaptées aux déplacements des personnes à mobilité réduite (lesquelles représentent 850 000 personnes en France). La dernière option de Google Maps, WheelChair Accessible, qui permet de rechercher un itinéraire praticable en fauteuil roulant, reste pour l'instant perfectible. Celle-ci est opérationnelle dans 6 métropoles seulement (Londres, New York, Tokyo, Mexico, Boston et Sydney). Conscients des limites des applications de navigation traditionnelles, deux étudiants angevins ont eu l’idée de développer Streetco. Inspirée du fonctionnement de Waze, cette application est un GPS collaboratif conçu pour les piétons (PRM inclus). Chaque usager peut ainsi signaler les obstacles (permanents ou temporaires) qui se dressent en travers de son chemin (escaliers, pentes ou trottoirs inadaptés, travaux, terrasse de café, marché …) lors de son trajet et alerter les autres usagers.
Les initiatives de ce type et les récents progrès observés doivent bien évidemment être poursuivis et accompagnés d'importants investissements au niveau des infrastructures pour une meilleure mise en accessibilité de la voirie, des transports et des lieux publics, la France demeurant en retard sur ce plan par rapport à ses voisins.