Quelles rues à l’ère du e-commerce ?

Nous vous parlions la semaine dernière de la stratégie de digitalisation des enseignes françaises. Alors que la part du e-commerce pourrait rester faible sur les 10 prochaines années, certaines entreprises commencent déjà à repenser leur présence commerciale sur le terrain. Comment, alors, préparer et imaginer les mutations des centres villes ? Sidewalk Labs, filiale de Google en charge de la smart city, dresse 5 scénarios d’occupation des espaces commerciaux. L'ouverture de boutiques vitrines, avec un fort niveau de service et accessibles seulement à une clientèle aisée, figure parmi les scénarios jugés "peu désirables" pour leur impact sur l'espace public, même s'il semble s'inscrire dans une tendance déjà existante de privatisation de l'espace public. Aux Etats-Unis, la marque Apple a été vivement critiquée après avoir annoncé qu’elle désignerait désormais ses boutiques sous l’appellation de "town squares" ou places publiques. A New York, près de 500 espaces publics sont gérés par des acteurs privés

Parmi les solutions jugées désirables par Sidewalk Labs figurent des espaces modulables selon les horaires et les besoins des habitants, l’ouverture d’atelier collaboratifs et de création artisanale et la transformation des espaces en locaux associatifs. Ce modèle de gestion collective pourrait-il s'inspirer de la gestion, par des associations de friches, transformées en espaces temporaires et récréatifs ? Le site des Grands Voisins, sur l’ancien hôpital Saint Vincent de Paul a fourni un exemple de valorisation de l’espace. L’utilisation mixte de l’espace, entre activités associatives et commerciales, a séduit et sera partiellement reconduite dans le parc de 600 logements en construction.