Quand les GAFA arrivent en ville #1 : résistances citoyennes

dynamic-wang-1232881-unsplash.jpg

De tous les lieux communs existant autour du numérique, sa dimension “immatérielle” est certainement la plus trompeuse. L’hégémonie des GAFA se matérialise dans nos territoires, notamment par l’implantation de campus, boutiques ou "town squares", le nom qu’Apple donne à ses espaces commerciaux, conçus comme des "lieux de rassemblement, où tout le monde est bienvenu". Nous nous intéressons cette semaine aux résistances citoyennes et politiques à cette territorialisation. 

Un cas iconique est celui de l’appel à candidatures lancé en 2017 par Amazon pour choisir la ville d’accueil de son nouveau siège, HQ2. En lieu et place des 50 000 emplois créés dans un tout nouveau siège, Amazon avait finalement annoncé agrandir ses bureaux sur deux sites existants. Dans le Queens, sur l’un des deux sites choisis, leprojet a finalement été abandonné, suite à la mobilisation d’habitants, avocats, activistes, syndicats et élus locaux, qui ont estimé que le projet ne méritait pas une subvention publique de 3 millions de dollars. Celle-ci était avait pour but de consolider l’écosystème tech new-yorkais... et aurait eu, indirectement, des répercussions négatives sur le financement d’équipements publics. 

L'un des principaux arguments brandis par les collectifs citoyens s'opposant à l’implantation des GAFA tient aux craintes quant aux hausses de loyers ou à la gentrification : dans le berceau même de la Silicon Valley, l’implantation des GAFA provoque des tensions sur les marchés locatifs, et des hausses des prix conséquentes. En 2016, c’est la lutte conjointe de groupes anarchistes, militant contre l’augmentation des loyers et la gentrification, et de groupes d'hacktivistes opposés à Google qui a finalement poussé le géant du web à abandonner son projet d’un « campus » dans le quartier de Kreuzberg, berceau de la contre-culture berlinoise.

Enfin, à Stockholm, les suédois ont protesté contre le projet de construction d’un townsquare Apple sur une place très symbolique de la capitale. Imposant, placé sur un podium et aligné sur l’axe central de la place, le magasin aurait désacralisé la place publique en brisant le lien spatial entre le Palais royal et le reste de la ville. Mais pourquoi vouloir s’implanter dans un espace à si forte signification démocratique et civique ? Nous aborderons la question du brouillage des frontières publiques et privées par les entreprises du numérique, dans un prochain spot !

Si le succès de ces mobilisations fait parler, on peut questionner leur impact sur l'activité économique des GAFA. En dépit de l'échec d'Amazon dans le Queens, son opération n’avait pas été menée en vain, puisque l'appel à candidatures lui a permit de récolter les données de 236 villes, et notamment des informations stratégiques dans les domaines des transports, de l’habitat, du développement économique ou de l'éducation, informations précieuses pour le développement commercial de ses 16 filiales.