Les coopératives : un vieux modèle qui a de l'avenir ?

Le Monde mettait en lumière la semaine dernière l’émergence dans des villes moyennes françaises d’une dizaine de supermarchés coopératifs et participatifs. La gestion du lieu, les commandes, les ventes sont assurées par et pour les adhérents, qui doivent effectuer 3h de bénévolat par semaine dans la structure et sont les seuls habilités à y consommer.


« La Louve », premier né de cette tendance française, a été inspiré par une initiative newyorkaise. Ses ancêtres pourraient cependant être en partie européens. Les mouvements coopératifs, qui remontent aux débuts de l’agriculture et se sont poursuivis notamment durant le Moyen Âge, ont connu un fort essor dans l’Europe industrielle de la fin du 19ème siècle. A cette époque, ils constituaient une réponse à la dureté des conditions de travail ouvrières ou, dans les zones rurales, à la remise en cause du droit d’usage (par opposition aux droits de propriété). 

Les origines de ces initiatives, parfois estampillées « bobo » et qu'on retrouve souvent au coeur des métropoles, sont donc loin d'être élitistes. Dans ces supermarchés coopératifs, le recours à une main d’œuvre bénévole et de plus faibles marges permettent de vendre des produits à des prix plus abordables. A Poitiers, les 80 bénévoles portant le projet du supermarché « Pop Coop » ont réfléchit notamment au lieu dans lequel s’implanter, pour être sûrs que le lieu soit fréquenté par le public le plus divers possible.

Au Village de la Vergne, l’entraide et la solidarité font partie inhérente du fonctionnement du lieu. A proximité de La Roche-sur-Yon, cette société coopérative d’intérêt collectif a été formée par un collectif d’habitants et d’associations qui ont racheté le site pour y conduire un projet d’ESS, caractérisé par des activités agricoles, associatives et commerciales gouvernées de manière horizontale. 

Malgré un fonctionnement « une personne une voix » qui allonge et complexifie parfois la prise de décision, on compte en France près de 3000 sociétés coopératives et participatives, un chiffre en expansion chaque année. Alors que le réchauffement climatique et l'épuisement des ressources pourraient prochainement remettre en cause l'existence même de la civilisation thermo-industrielle née à la fin du 19ème siècle, l'article d'Auxilia choisit de voir dans le mouvement coopératif un modèle de résilience et de collaboration locale.