• Tour Séquoia, amphithéatre R02 (map)
  • 1 Place Carpeaux
  • Puteaux, Île-de-France, 92800
  • France

 

« Des vitrines vides et sombres, des façades aveugles, des stores métalliques baissés... »

Ainsi s’ouvre « Comment la France a tué ses villes », le plaidoyer d’Olivier Razemon en appui sur ses multiples voyages en France. Comment sauver les villes petites et moyennes, aujourd’hui rongées par la crise commerciale, résidentielle, économique et sociale ? Et pour- tant, les villes de France avaient davantage résisté à ce « cancer de pays riche » qu’au Royaume-Uni qui avait conduit le gouverne- ment Major, dès les années 1990, à prendre des mesures drastiques pour limiter la concurrence commerciale périphérique.


La prise de conscience progresse. Plusieurs rapports officiels évoquent la dévitalisation commerciale ou la déliquescence du patrimoine urbain, sans toutefois prendre la mesure de l’ampleur du phénomène. En outre, les racines de cette crise ne sont pas attaquées de plein fouet, telles la prolifération périphérique permanente, la création incessante de nouvelles surfaces commerciales en dépit de la stagnation de la consommation, la construction d’un terri- toire périurbain, dévolue à la voiture individuelle. Si elle n’est pas une métropole, la ville subit une forme de désintérêt, alors qu’elle demeure un lieu de rencontre, un indispensable creuset de la société contemporaine. Dans de nombreuses villes, moyennes ou petites, se manifestent toutefois des réactions salutaires, des astuces inédites, nées d’initiatives citoyennes comme de décisions d’édiles éclairés misant sur le fait que l’identité, la qua- lité urbaine, l’ancrage historique, les circuits courts ou encore les espaces publics apaisés pouvaient redonner du caractère à leur ville.


Privilégier la proximité, penser aux habitants inciter les entreprises locales à dépenser sur place, revaloriser les abords de la gare, faciliter l’accès aux transports publics, organiser des explorations urbaines, rendre leur fierté aux habitants, etc., tout ceci contribue à la revitalisation urbaine. Pour réussir ce pari, il faut moins de discours grandiloquents ou d’inaugurations spectaculaires et davantage d’actions concrètes de la part de tous les acteurs qui sont appelés à réagir.


Olivier Razemon est journaliste et auteur français, spécialiste des transports, dont il analyse l’actualité via son blog L’interconnexion n’est plus assurée, publié sur Le Monde.fr.
Auteur de nombreux articles et ouvrages, il rencontre le grand public avec son dernier ouvrage, Comment la France a tué ses villes, qui analyse la dévitalisation de la majorité des villes françaises petites et moyennes, hormis les métropoles et les stations touristiques.